Netflix et Amazon vont devoir financer la création européenne

Selon le Monde, la Commission européenne peaufinerait quelques pistes de réflexion, concernant la révision de la directive sur les services de médias audiovisuels à distance (SMAD), à savoir imposer un quota de 20 % d’œuvres européennes aux services de vidéo à la demande (VoD), comme Netflix ou Amazon et assouplir les règles de publicité à la télévision.

Le sujet est d’autant plus sensible qu’il vise à générer plus d’équité et de transparence au niveau des règles imposées aux radiodiffuseurs traditionnels vis-à-vis des nouveaux services équivalents en ligne, notamment en ce qui concerne la promotion des œuvres européennes.

Netflix dont la première production française, Marseille, montre la volonté d’une création propre aux pays où le service s’implante, devrait également plus largement contribuer au développement de contenus dont la commercialisation ultérieure dépasserait ensuite les frontières.

Simple constat de votre serviteur, peut-être serait-il judicieux d’encourager la production d’œuvres favorisant l’émergence ou l’enrichissement de thématiques inexploitées, car les productions françaises s’avèrent trop souvent policières ou historiques. Hors il est un domaine où la France et trop de pays européens brillent par leur absence, c’est la science-fiction qui semble l’apanage des Etats-Unis. Les blockbusters et séries à succès doivent-elles demeurer uniquement anglophones ?

Vos commentaires sur le forum