Vers un NETFLIX, sauce Vivendi depuis l’Allemagne

Nous vous relations hier les déboires de Canalplay dont les contraintes et règles assez inégales l’opposant à NETFLIX conduisaient l’offre à ne pas se déployer, perdre de l’argent, et ne plus être en mesure de conquérir des contenus exclusifs.

Puisque les lois visant à protéger l’exception culturelle française semblent intangibles et gravées dans le marbre, Vivendi a donc décidé de reprendre un vieux principe (déjà appliqué depuis des années par AB Group pour RTL9), à savoir délocaliser le siège de la structure en charge de l’offre SVOD nouvelle formule, proposée dès la fin de l’année !

Le siège se trouverait donc en Allemagne, et permettrait ainsi de contourner la réglementation qui encadre l’exception culturelle française, un avantage dont bénéficie l’américain « Netflix » implanté en Europe depuis le Luxembourg.

La plateforme européenne SVOD serait ainsi disponible en France mais aussi en Allemagne, Italie et Espagne. Elle devrait marquer l’arrêt de Canalplay (600.000 abonnés) et la fusion Infinity en Italie (600.0000 abonnés) et Watchever en Allemagne (détenu par Vivendi, 300.000 abonnés). Soit 1,5 millions de clients dès le lancement.

 Vivendi compte ensuite proposer, en collaboration avec le groupe média italien Mediaset, ses propres productions, le duo franco-italien mise actuellement sur une dizaine de séries originales par an.

Dans un contexte de concurrence internationale acharnée où tous les coups sont permis, lutter à armes égales contre les principaux acteurs américains de la vidéo à la demande semble une judicieuse décision, renvoyant par la même les politiques et autre législateur à la recherche de règles d’assouplissement de la législation française, jusqu’ici refusées. Bien des carcans typiquement français liés à l’audiovisuel, au cinéma, à la musique seraient inspirés d’évoluer rapidement, sans quoi la totalité des majors risque fort de s’expatrier à terme.

Vos commentaires sur le forum