A qui la faute, FUN ou Médiamétrie ?

Depuis ce matin, le blog de Jean Marc Morandini met en avant, ce que les concurrents de FUN Radio appellent une manoeuvre anticoncurrentielle, indélicate, frauduleuse et bien d’autres qualificatifs, pour dénoncer les appels à indiquer FUN Radio comme radio uniquement écoutée par les auditeurs de la radio, incitations survenant dans la matinale de Bruno Guillon.

Chacun y va donc de ses arguments, dénonçant une tricherie qui permettrait donc de fausser délibérément les audiences de la radio et lui permettre ainsi d’avoir des courbes d’audiences croissantes, mais erronées. Les opposants à cette méthode, que FUN Radio qualifie de potache, sont évidemment ceux qui ont le plus à craindre de la montée en puissance de FUN, parmi lesquelles les musicales bien sur NRJ et SKYROCK, mais plus surprenant des généralistes EUROPE 1 et RMC Info, dont les courbes d’audience sont très proches de celles de FUN.  Le groupe Lagardère, propriétaire d’EUROPE 1 défendant par ailleurs ses autres antennes, RFM ET Virgin Radio.

Alors que penser vraiment de tout cela ? D’abord, il convient de préciser que si l’information n’avait pas été relayée, cela n’aurait pas fait autant de pub à Bruno GUILLON et sa matinale qui n’en demandait probablement pas tant ! Certains concurrents semblent par ailleurs oublier quelques méthodes pas plus glorieuses, notamment Europe 1 dont la rubrique humoristique de Nicolas Canteloup vient régulièrement salir l’image de RMC Info et surtout de Jean Jacques Bourdin, en se masquant derrière l’humour, pour dénoncer une radio qu’il cherche à qualifier de démagogique, populiste et roulant pour l’extrême droite. Et que dire du classement du TOP 50 dans les années 80 exclusivement fondé sur les ventes de disques, et dont tout le petit milieu savait les méthodes des éditeurs musicaux qui achetaient en masse dans les commerces mesurés.

Tous les coups sont permis, mais il est tout de même assez naïf de croire, qu’une seule émission du matin que plus de 95% des français n’écoutent pas, peut à ce point influer sur les audiences mesurées par Médiamétrie.

Mais à propos, ne serait-il pas temps d’optimiser les modes d’analyse et de contrôle des audiences, car la méthode qui consiste à ne dépendre que de la seule bonne foi des panélistes radios, est au mieux une supercherie, au pire, la démonstration d’un archaïsme latent, à l’époque où tant de technicités permettent de vérifier aisément les audiences radios, TV et Web. Ceci n’est pas sans rappeler l’excellente initiative qu’avait pris Xavier Niels sur la Freebox V4, soit plus de 10 ans déjà, de pouvoir mesurer en temps réel les audiences TV des téléspectateurs abonnés à Free. Une mesure rapidement dénoncée par les chaînes et Médiamétrie qui se trouvaient à la fois en danger, mais surtout démontrant bien souvent combien les chiffres officiels pouvaient être éloignés de la réalité.

Et dire que le marché publicitaire des chaînes de télévision se focalise uniquement sur le Médiamat hebdo ou le Mediamat’Thematik ! Alors qu’un animateur sympathique pointe du doigt combien il est aisé de tricher permettra sans doute d’améliorer les conditions réelles de mesure et permettre de parvenir à des chiffres cohérents.

Vos commentaires sur le forum