Quand France Télévisions vise Bolloré

C’est par le plus grand hasard que votre serviteur est tombé hier sur l’émission de France 2, Complément d’enquête, disponible ici en replay, http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/complement-d-enquete/, totalement dédiée à l’empire de Vincent Bolloré et les méthodes employées par l’intéressé pour constituer un empire grandissant. S’il ne m’appartient pas d’apprécier si l’enquête est à charge ou non, le moins que l’on puisse souligner ce sont les méthodes dénoncées notamment par les anciens dirigeants d’Havas ayant conduit à leur départ précipité après une assemblée générale des actionnaires, fort sympathique pendant laquelle Vincent Bolloré prenait alors la parole pour louer les compétences du groupe et de ses dirigeants mais en minimisant les résultats obtenus et retournant en quelques heures un auditoire conquis par ses qualités indéniables d’orateur et de tribun. Ce qui suivit, notamment révélé par Alain de Pouzilhac fait froid dans le dos, et cette émission s’avère particulièrement intéressante, pour qui penserait encore que l’univers des affaires est un monde serein, respectant des règles éthiques et se fondant sur le droit.

On apprend également comment en 2001, Martin Bouygues faillit se faire ravir la direction du groupe Bouygues, donc de TF1 par Vincent Bolloré, qui l’avait alors courtoisement prévenu de son entrée en capital, sans autre volonté de dégager des profits sur investissement, mais dont la réalité n’était pas moins que la prise contrôle du groupe familial. A comparer ce qui peut l’être, il semblerait que Martin Bouygues déteste plus encore Vincent Bolloré, que Xavier Niels…. c’est tout dire !

L’émission s’attarde évidemment sur son contrôle grandissant de CANAL+, mais aussi D8 ou iTélé, et l’on apprend là encore comment s’est déroulée en quelques heures l’éviction de Bertrand Méheut à la tête de Canal+, quand au départ de D8 de son directeur Ara Aprikian, l’année passée, le terme « virer » prend ici tout son sens.

Soyons honnêtes dans l’analyse de cette émission, on découvre l’ambition d’un homme, (d’une famille, d’un groupe), parti de peu, mais qui par relations, diversifications, stratégies de conquêtes, OPA, a su faire d’une entreprise côtée 2 francs (c’est lui que le dit), pèse désormais des milliards d’euros. En cela, c’est une superbe réussite française et comme le souligne l’une des personnes interviewées, entre une présence chinoise, russe ou française en Afrique, il faut évidemment cautionner cette croissance française internationale.

Mais un vieux proverbe dit aussi « la fin justifie les moyens » et il n’est pas sur que l’éthique ait une quelconque place dans tout cela.

Conclusion de cette enquête: Vincent Bolloré attaque ce jour France 2 en justice et réclame 50 millions d’euros de dommages et intérêts.  Un conseil, un replay à visionner rapidement avant que son contenu ne disparaisse !

 

Vos commentaires sur le forum