Et si France Télévisions implosait en 2017

Selon le Figaro, la note rédigée par Olivier BABEAU, professeur à l’Université de Bordeaux, intitulée « Refonder l’audiovisuel public » s’avère un pavé dans la vitrine de l’audiovisuel public, puisque l’approche détaillée du groupe public, conduirait alors non moins à :
– la privatisation de France 2
– les suppressions de France 3, France 4 et France Ô pour la mise en place d’une chaîne culturelle à la place de France 3, libérée de toute contrainte d’audience et complémentaire à France 5 et Arte.
– refonte sur le même modèle de l’ensemble des radios publiques.

Son auteur revendique par cette approche, l’idée selon laquelle là où l’Etat n’est pas nécessaire, il ne doit pas y avoir d’Etat. Ce à quoi il conviendrait cependant de préciser que la présence de France 3, France 5 et Arte contredit allègrement ce principe énoncé. Par ailleurs quelles dispositions pour France Info ?

Sans entrer dans les considérations, techniques, économiques, la fragilisation du secteur privé audiovisuel notamment, et même si cette réflexion semble avant tout une analyse unilatérale d’un secteur complexe, notons qu’Olivier Babeau, sous les gouvernements Fillon, fut conseiller de Roger Karoutchi, puis du Premier Ministre lui-même. Les indications sont en adéquation aux propositions arrêtées avant l’été par les Républicains, ou aux pages consacrées à l’audiovisuel dans le récent ouvrage de Nicolas Sarkozy, ce qui semblerait démontrer combien la droite souhaite démanteler et réduire au possible l’étendue du service public audiovisuel.

Vos commentaires sur le forum