AB Group, un succès pourtant moqué !

Le groupe AB est pour une majorité des français, une société audiovisuelle méconnue, dont ils ignorent même regarder les chaînes depuis plus de 20 ans. Pourquoi parler du groupe AB aujourd’hui ? Parce qu’il apparaît intéressant de comprendre pourquoi les concepteurs du 3e bouquet numérique par satellite, (par son nombre d’abonnés), AB Sat, né en 1996, raillé par la presse, après 20 ans de diffusion, et la transformation du bouquet initial en l’offre BIS Télévision est toujours présent, fonctionnant toujours selon la même approche économique: discrétion, absence d’opposition frontale avec la concurrence et collaboration avec tous autres distributeurs et opérateurs.

Dès 1997, quand le bouquet était en crise, certaines chaînes d’AB Sat furent reprises en option payante par Canal Satellite, puis par TPS. Ainsi lorsque TPS décida qu’il était temps de fusionner avec Canalsat, AB Sat poursuivit son chemin, à la fois comme bouquet alternatif à petit prix, disponible sur 2 satellites, EUTELSAT W5 et EUTELSAT E13, et également sur ASTRA pour alimenter les offres Canalsat et Telesat. Son nom évolua en BIS Télévision ce qui lui permit notamment d’intégrer alors la plupart des chaînes de la TNT alors disponibles.

AB Group, a systématiquement accepter de figurer dans les offres nouvelles, adsl en option chez FREE, dès 2004, en OTT chez TEVOLUTION, et a également souhaité disposer de fréquences hertziennes que le groupe fut le premier à revendre (NT1 et TMC) à prix d’or au groupe TF1, Claude Berda devenant par ailleurs membre du Conseil d’Administration de la chaîne.

AB a aussi pris le risque de créer une première chaîne pornographique en France, que les bouquets concurrents faussement puritains reprirent plus tard. Même si XXL peut sembler désuète aujourd’hui, celle-ci a contribué indéniablement au succès du groupe, qui s’en est séparé en 2013 et l’a revendu à Thematic Nederlands BV.

Aujourd’hui le groupe AB c’est un ensemble de 20 chaînes: AB1, AB3, AB4, AB MOTEURS, ACTION, ANIMAUX, CHASSE ET PÊCHE, CINE FX, CRIME DISTRICT, GOLF CHANNEL, LUCKY JACK TV, MANGAS, POLAR, RTL9, TOUTE L’HISTOIRE, TREK, ULTRA NATURE UHD, SCIENCE ET VIE TV + le service interactif MON SCIENCE ET VIE JUNIOR sans oublier AB Shopping et RTL Shopping.

Le paradoxe de ce bouquet, particulièrement rentable, disposant de fonds propres estimés en 2014, à 286 millions d’euros de fonds propres, c’est qu’il semble toujours amateur. Son point faible, demeurer un petit bouquet alternatif qui cultive une politique commerciale désastreuse:
– peu de publicités presse, radio ou TV, mettant en avant le bouquet BIS Télévision, mais uniquement quelques chaînes.
– une absence de clarté du bouquet, lequel suivant son mode de diffusion s’avère amputé d’une à plusieurs chaînes sur satellite, et jamais commercialisé comme bouquet sur l’adsl et le câble mais comme des chaînes présentes en bouquet de base ou optionnellement.
– un manque de communication évident, et une présence sur le web calamiteuse, le site BIS.TV n’étant pas actualisé avec réactivité.

A l’heure où l’on s’interroge à moyen terme sur le rachat de Canal (Canal+ et Canalsat donc) par Orange, d’un possible repli sur l’adsl et la fibre uniquement (mais il faudra encore quelques années), pourquoi AB Group qui dispose d’un confortable pécule, n’entreprend-il pas de développer de nouvelles stratégies et ambitions pour BIS Télévision ?

Une stratégie qui va déjà dans le bon sens, quand l’ensemble des chaînes basculent en haute définition et permettent de proposer un ensemble de chaînes documentaires de qualité ! Pourquoi à l’opposé avoir une telle absence de clarté sur les chaînes de cinéma du groupe CINE FX et POLAR s’avèrent mourantes et ACTION demeure sans attrait ?

Pourquoi ne pas convenir avec EUTELSAT d’un positionnement unique par satellite permettant d’optimiser l’offre de chaînes par les économies réalisées et la place libérée ?

Pourquoi TF1 qui détient 33% du groupe, n’a même jamais daigné intégré une option de chaînes TF1 au sein du bouquet BIS Télévision ?

C’est sans doute le plus réussi des paradoxes d’AB Group: comment une société audiovisuelle décriée et moquée s’avère richissime et rebondit quels que soient les écueils rencontrés !

Vos commentaires sur le forum

bis tv