iTELE: Morandini n’est-il qu’un prétexte ?

Après plus de 10 jours de grève et la reconduite de celle-ci pour 3 jours, il n’y aura donc pas de retour au direct avant lundi au mieux, ce à quoi personne ne croit, il est temps de s’interroger sur les motivations réelles du patron de Vivendi et Canal+, derrière cette obstination à ne pas vouloir entendre les revendications pourtant logiques de la SDJ au sein de iTELE.

Alors pourquoi s’obstiner à vouloir maintenir Jean-Marc Morandini au delà de cette grève, malgré le retrait provisoire depuis lundi ? Il ne peut s’agir d’une question d’audience, car celles-ci ne semblent pas vouées à des résultats ébouriffants ! On ne peut non plus considérer l’animateur attractif pour les annonceurs, ce serait même tout le contraire désormais, depuis les tracas judiciaires en cours de l’intéressé. Hors, une chaîne privée qui ne vit que par la publicité, ne peut pas faire l’impasse sur une émission ou personne, dont la diffusion en access prime time s’avère désastreuse face à la concurrence. Enfin pour demeurer courtois, on ne pointera pas du doigt les méthodes journalistiques contestables et contestées d’une personne ayant toujours fait son fond de commerce, du trash et du people.

Alors qu’a donc à y gagner Vincent Bolloré ? Faire plier les journalistes qu’ils détestent, au sein d’une chaîne dont il est propriétaire ? Peut-être mais l’argument semble bien maigre, quand tout un groupe, et pas seulement iTELE doit impérativement redorer son blason et ramener à lui, des abonnés et téléspectateurs.  Affaiblir une chaîne et la rendre à ce point non rentable, qu’il soit préférable de la revendre ? Plus probablement ! Car à vrai dire, qu’est ce qui intéresse vraiment les actionnaires ? Les tracas éthiques relatifs à une chaîne ou ses résultats économiques et impacts sur les pertes ou profits en résultant ?

A bien y réfléchir, il semble bien que Jean-Marc Morandini, soit en quelque sorte manipulé pour pourrir une chaîne de l’intérieur, et contribuer alors à revendre celle-ci au plus offrant. Les rumeurs récentes insistaient sur la volonté d’un rachat de la chaîne par Matthieu Pigasse, partenaire avec Xavier Niels et Pierre Bergé, du fonds d’investissement Médiawan. Quand on sait qu’une fréquence TNT, du moins le rachat d’une chaîne sur la TNT, c’est en moyenne 100 millions d’euros, nul doute que cela encourage Vincent Bolloré à se séparer d’un média coûteux, qui s’oppose à lui, à brève échéance.

Pendant ce temps, BFM TV, LCI et FRANCE INFO lui disent merci !

Vos commentaires sur le forum