TF1 veut donc la Belgique !

L’affaire n’a fait que quelques échos dans les médias ou rubriques spécialisées en France, mais c’est un véritable séisme médiatique et économique auquel s’attend la Wallonie et les récents propos du ministre en charge des Médias en Fédération Wallonie-Bruxelles Jean-Claude Marcourt, dans les pages du quotidien « La Libre Belgique » confirment l’inquiétude d’une possible arrivée de TF1 sur le marché publicitaire audiovisuel belge. « Ce serait un tremblement de terre », a dit mardi le ministre en commission du Parlement.

A la recherche de nouvelles ressources financières, la chaîne française souhaiterait pouvoir effectuer certains décrochages lors de ses programmes afin de diffuser en Belgique des publicités destinées spécifiquement à ses téléspectateurs belges.

TF1 aurait à cette fin pris contact avec différentes régies publicitaires pour explorer cette idée, selon de récents articles de presse. Selon M. Marcourt, l’arrivée de TF1 sur le marché publicitaire belge remettrait à coup sûr en cause « l’équilibre tellement fragile » du paysage actuel occupé par l’opérateur public RTBF et la chaîne privée RTL-TVI.

L’ironie du sujet, c’est que TF1 la française, vient concurrencer RTL la luxembourgeoise, sur terrain neutre ou presque, alors que les actionnaires respectifs des 2 groupes s’affrontent déjà en France groupe TF1 contre groupe M6, et que l’émetteur privé de droit luxembourgeois entend empêcher la concurrence en Belgique d’un autre opérateur étranger, français en l’occurrence.

En 1989, le groupe français avait déjà tenté de créer sa propre régie publicitaire en Belgique mais avait dû abandonner devant l’opposition du monde économique et politique à l’époque. Depuis, ce n’est un secret pour personne, que TF1 et M6 ont déjà déployé des approches similaires sur le marché suisse romand, et qu’il n’y a donc aucune raison de laisser un certain monopole sur un autre espace francophone, où le seul concurrent réel de RTL TVI et ses déclinaisons n’est à ce jour que la RTBF.

Le Paysage audiovisuel belge, mais plus précisément le marché publicitaire belge pourrait donc se répartir entre plusieurs opérateurs, n’ayant pour leur part, rien de belge.

Les ambitions de TF1 semblent devoir s’adapter désormais à un marché publicitaire morcelé en France et rebondir sur des opportunités francophones proches.

Vos commentaires sur le forum