Orange favorable au rachat de Canal

Stéphane Richard, le patron d’Orange serait intéressé par un rachat du groupe de TV payante Canal+, filiale de Vivendi, si le groupe était mis en vente, ce qui officiellement n’est nullement le cas à ce jour.

L’hypothèse de rapprochement entre les deux groupes est évoquée depuis plusieurs mois et comme l’indique Stéphane Richard, de nombreuses raisons pourraient pousser à une alliance entre Orange et Canal+,  dont la forme et l’importance restent à définir, et qui serait par ailleurs soumis à diverses autorisations, du CSA, de l’Autorité de la Concurrence, et si besoin de Bruxelles.

Mais pourquoi Vivendi viendrait à se séparer de Canal, ou du moins céder partiellement le groupe ? Quelques éléments pourraient encourager cet accord à terme:
– Vivendi ne parvient pas à enrayer la fuite des abonnés, et l’image de Canal+ ou de son bouquet Canalsat, (réunis sous l’enseigne Canal) est très dépréciée désormais, entre qualité technique, contenus, contrats contraignants pour l’abonné, prix, et fuite accélérée de salariés éminents du groupe.
– Le groupe se fait attaquer de toutes parts et semble bien isolé pour affronter, sur la VOD, Netflix ou Amazon, sur le Sport, BeIN Sports, ou SFR, sur le premium, cinéma et séries, OCS et SFR, et Canal se fait piller ses droits sportifs ou catalogues de contenus exclusifs.
– La naissance imminente d’un nouveau bouquet satellite concurrent en 2017 peut marquer le coup de grâce au bouquet Canal version Vivendi, pour peu que l’offre proposée soit alléchante et ne reproduise pas les erreurs de Canal, prix élevés, engagements, qualité de transmission affaiblie, ….
– Enfin Orange et Canal sont déjà associés dans le bouquet OCS, que Canal détient comme associé dormant à hauteur de 33% du capital.

Orange depuis 2008 a prouvé sa capacité dans le cinéma et les séries à produire des chaînes de qualité et services à la demande associés. Son expérience dans le sport fut moins couronnée de succès mais c’est plus le choix d’une diffusion exclusive chez Orange, qui scella le sort d’Orange Sports en 2012, que la qualité de diffusion et contenus repris.

N’oublions pas dans cet ensemble l’expérience désastreuse et l’opposition frontale récente entre les effectifs d’Itélé et la direction mise en place par Vincent Bolloré, et il y a fort à parier vu de l’intérieur qu’un assez grand nombre de personnes ne serait pas totalement opposé à la cession de Canal à Orange.

Enfin, les médias transalpins ont évoqué la possibilité de l’apport par Vivendi de sa part de 24,19% de Telecom Italia à Orange en échange de son entrée au capital de l’opérateur historique français.

Vos commentaires sur le forum