Bolloré peut-il renverser Berlusconi ?

Après avoir acquis, 3,5% puis 20% des parts du groupe Mediaset, on apprend aujourd’hui que les ambitions de Vivendi portent désormais à 30% du capital du groupe italien, détenu en majorité par Fininvest, c’est à dire la famille Berlusconi. Ce lundi, Vivendi a donc annoncé vouloir augmenter sa participation. Fininvest a depuis saisi la justice italienne en accusant Vivendi de manipulation de marché.

On peut d’ailleurs considérer cette montée en puissance au sein de l’actionnariat Mediaset comme une mesure de rétorsion puisque Vivendi explique que son directoire a décidé avec l’autorisation du conseil de surveillance d’augmenter sa participation dans Mediaset en fonction des conditions de marché, en considérant les prises de position récentes de Fininvest,  ce dans la limite de 30 % du capital et des droits de vote du groupe italien.

Certes Vivendi justifie ces choix par la volonté d’un développement en Europe du Sud en tant que groupe international majeur dans le domaine des médias et des contenus d’essence européenne.

Mais Fininvest, la holding des Berlusconi ne l’entend pas de le même manière et a annoncé avoir saisi la Consob, l’équivalent de la Commission des Opérations Boursières en France, pour manipulation de marché et abus d’informations privilégiées. Ce recours fait suite à la plainte déposée par Fininvest au parquet de Milan le 13 décembre dernier et envoyé pour information à la Consob », a précisé la holding des Berlusconi.

La famille Berlusconi d’une part, mais pas seulement puisque le gouvernement italien est aussi intervenu dans la bataille jugeant inappropriée l’opération de Vivendi et évoquant une escalade hostile.

L’arrivée de Vivendi et les techniques bien connues de prise de contrôle d’entreprises par Vincent Bolloré, peuvent légitimement inquiéter Silvio Berlusconi, qui détient néanmoins 41,29% des parts de Mediaset par Fininvest et conserverait le contrôle du bouquet. Mais jusqu’à quand ?

Vos commentaires sur le forum