La télévision linéaire survivra durablement

C’est un article intéressant du Monde qui met l’accent sur la vitalité de la télévision linéaire, quand le mode délinéarisé semble s’envoler. Les écrans se sont multipliés, les modes de consommation se sont diversifiés et personnalisés, mais la télévision classique pèse encore lourd avec 3H44 de temps passé en moyenne chaque jour devant son petit écran.  Le paradoxe c’est que la télévision consommée à la demande ne cesse de s’accroître, mais n’impacte aucunement le temps passé devant l’écran classique.

Les plus âgés restent fidèles à l’écran principal, cependant les grands événements fédérateurs, comme les compétitions sportives rassemblent des millions de personnes de différentes générations au même moment, privilégiant alors le direct.

Ainsi les prévisions du patron de Netflix prédisant la mort de la télévision linéaire semble pour le moins audacieuse, mais n’oublions pas qu’il est avant tout dans son intérêt de défendre le mode choisi pour son activité. En fait et c’est l’actuel constat, la télé classique ou la consommation au choix cohabitent sans réelle concurrence, mais en complémentarité.  Certes Amazon, Netflix et bien d’autres peuvent vous proposer des contenus selon vos goûts et choix passés, mais les bonnes vieilles habitudes ne changent pas, même s’il est possible de regarder l’intégralité d’une saison en VOD rapidement et devoir pourtant patienter plusieurs mois pour qu’une saison défile sur une chaîne classique.

Ces modes de consommations complémentaires font le bonheur des producteurs, puisque depuis 2011, la production de séries a augmenté de 71 % aux Etats-Unis, et 455 projets ont été mis en chantier en 2016. La France n’est pas à la traîne, avec 81 « feuilletons » tournés pour la seule année 2015.  Les chaînes classiques sont donc été obligées de s’adapter aux nouvelles concurrences et modes de consommation des téléspectateurs. C’est pourquoi les grands groupes français se développement désormais dans la mise en place de chaînes 100% web ou web séries visant à toucher toutes les franges de  la population, ados et plus jeunes, mais également jeunes adultes, public féminin…

Statistiquement, en 2020, les offres non linéaires devraient représenter 50 % du temps passé devant l’écran. Il reste donc encore de beaux jours à la télévision classique.

Vos commentaires sur le forum