la LFP et Bercy se frottent les mains

L’arrivée de Neymar au PSG aura animé l’actualité sportive ou économique au choix de ce mois de juillet et le club de la capitale aura donc marqué un coup sportif et médiatique unique à ce jour, tant les montants annoncés s’avèrent faramineux.

Bien évidemment, les passionnés de football, de Ligue 1 Conforama sont emballés par son arrivée et les supporters du PSG auront à coeur d’être présents cet après-midi au Parc des Princes pour saluer l’arrivée d’une des 3 stars mondiales (Ronaldo et Messi complétant le trio) au sein de son équipe.

Mais Paris Saint Germain et ses supporters ne sont pas les seuls à se réjouir de cette arrivée qui dépasse évidemment l’attractivité sportive. En effet, l’arrivée de Neymar au PSG pour 5 ans est une bénédiction pour les caisses de l’Etat, et le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, n’a pas caché sa joie jeudi sur France Inter. Selon certains économistes et fiscalistes, sur la base d’un salaire net de 30 millions d’euros par an, comme évoqué par la presse, le PSG verserait pratiquement une somme équivalente à l’Etat, répartis pratiquement à parts égales en impôt sur le revenu (15 millions) et en charges sociales (15 millions).

Des sommes qui ne sont pas négligeables à un moment où le gouvernement vient d’annuler 300 millions d’euros de crédits aux collectivités locales pour 2017, afin de diminuer les dépenses de 4,5 milliards d’ici la fin de l’année pour passer sous la barre des 3% de déficit comme il s’y était engagé auprès de Bruxelles.

Mais l’Etat n’est pas le seul à se réjouir, c’est surtout la LFP (Ligue Professionnelle de Football) qui commence à mesurer les retombées de l’arrivée de cette star mondiale au sein de la Ligue 1 Conforama, au moment où les droits devraient être renégociés pour 4 ans d’ici fin 2018. Une arrivée qui peut aussi changer la donne dans l’attribution des droits, car l’appétit vorace de SFR Sport, devrait sans nul doute être tempéré par les offres de beIN Sports, car les propriétaires Qataris de beIN Sports, également derrière le PSG ne peuvent se permettre d’aussi lourds investissements sportifs sans être le principal bénéficiaire des droits de diffusion en découlant. Canal+ et SFR Sport se joindront évidemment à la bataille, mais il est désormais acquis que la Ligue 1 sera valorisée bien au delà du milliard d’euros, et très logiquement plus du milliard et demi d’euros.

Qui s’arrogera les principaux lots sera désormais rassuré quand à l’amortissement des droits payés et on a désormais hâte de découvrir les enjeux de ces droits de Ligue 1 et ses gagnants potentiels. Quoi qu’il en soit, quiconque pouvait croire que beIN Sports était sur le déclin pourrait rapidement découvrir les nouvelles ambitions démesurées du groupe.

Vos commentaires sur le forum