SFR Sat, quand, quoi, où ?

L’arrivée des chaînes SFR Sport a marqué la montée initiale et progressive des chaînes SFR par satellite à compter de cet été !
Mais l’offre SFR Sat, nom provisoire puisqu’il semblerait qu’une marque « neutre » soit à l’étude (non ce ne sera pas Altisat) tarde à se faire connaître et peaufine ses derniers atouts techniques. Alors que peut-on dire sur cette offre qui soit officiel et sur ou imminent et officieux ?

– la position satellite choisie est bien EUTELSAT 5 West A, où sont donc arrivées les chaînes SFR Sport 1 2 3 et 5… la déclinaison 4K est espérée.
– les chaînes se concentrent actuellement sur 2 transpondeurs (11595V et 12522V) mais un troisième est également prévu cependant sans rapport à 11679V.
– l’offre sera déclinée en 2 versions, chaînes au choix par options directement disponibles par le biais de la carte Fransat, ou offre intégrale par carte SFR et démo associé, bien que la carte puisse être logiquement lue dans tout démo libre.
– l’offre par satellite doit se rapprocher de l’offre SFR adsl ou fibre et doit permettre la montée des chaînes exclusives du groupe, manquantes sur EUTELSAT 5 West A. Ainsi il sera bientôt possible de profiter des chaînes suivantes: Altice Studio, 13e Rue, Syfy, E! dont le retrait d’Astra serait visiblement envisagé, bien que les chaînes alimentent aussi Télésat (sauf erreur de ma part), Discovery Channel, Discovery Science, Discovery Investigation et Discovery Family. Sont également prévues mais d’un intérêt moindre, My Cuisine, BFM Sport, BFM Paris et i24 News. L’offre intégrera évidemment les 27 TNT et l’ensemble des options déjà disponibles sur Fransat, mais on ignore encore les modalités de gestion des abonnements pour une offre TV intégrale, sachant par exemple que SFR dispose d’accords pour une offre Sport couplée avec beIN Sports en ligne.
– Afin de s’ouvrir au plus grand nombre, l’offre TV au même titre que les packs OTT actuels sera distincte d’une offre triple play, mais elle permettra également à SFR de proposer en zones non dégroupées ou à faible débit et de disposer d’une offre intégrale, la télé étant alors accessible par satellite, à l’exemple d’Orange.

La grande inconnue: le prix ! Souhaitons que les tarifs proposés soient résolument attractifs.

L’autre mystère réside sur les prochaines exclusivités en négociation, mais également les futures chaînes en création. A ce petit jeu, Canal s’affaiblit en ne rendant exclusives que ses chaînes historiques mais ne parvient plus vraiment à encourager des groupes à choisir uniquement son offre. Exception à cette règle Disney, mais jusqu’à quand ?

SFR Sat doit marquer un énorme coup car le groupe part de rien sur EUTELSAT et a compris qu’il fallait mieux se positionner initialement comme option FRANSAT afin d’être accessible de suite à 3 millions de foyers orientés. SFR doit également être impatient de marquer de son empreinte son arrivée dans l’obtention de droits de Ligue 1, un incontestable moteur d’abonnements et là Mediactus l’affirme à qui veut l’entendre, il va y avoir des dégâts car la survie de beIN Sports France est en jeu, Canal+ ne peut pas vraiment se passer du football, et SFR veut amener des millions d’abonnés à son bouquet. Certes la LFP devrait satisfaire chacun mais personne n’est à l’abri d’un coup de poker et l’acquisition des droits de la Champion’s League et de l’UEFA Europa League sont la preuve que SFR est prêt à casser sa tirelire pour s’attirer un maximum d’abonnés.

Les prochaines semaines seront décisives.

Vos commentaires sur le forum