Les archives de l’audiovisuel N°4: TPS

Retour relativement récent dans le passé, puisque aujourd’hui les Archives de l’Audiovisuel s’intéressent à TPS (Télévision par satellite) ancien bouquet numérique de télévision par satellite, diffusé en France de 1996 à 2008.

Tout commence en juin 1995, à l’initiative du nouveau Premier Ministre Alain Juppé et de l’opérateur Eutelsat, un projet de bouquet de chaînes de télévision en numérique par satellite est lancé, avec pour idée de concurrencer la version numérique de Canalsatellite prévue au printemps 1996, qui monopolise l’univers de la télévision payante en France. Eutelsat et Arte instigateurs du projet, sont rejoints par TF1, puis France Télévisions, et enfin M6. 18 mois plus tard, le 16 décembre 1996, Télévision Par Satellite (TPS) est officiellement lancé.

Le capital initial de TPS est ainsi réparti : TF1 (25%), France Télévisions (25%), Groupe M6 (25%), Suez Lyonnaise des Eaux (25%)

Pour son lancement, le bouquet TPS bénéficie en exclusivité des cinq chaînes nationales historiques (TF1, France 2, France 3, France 5, et M6) en qualité numérique et distribue aussi en numérique les chaînes payantes : Eurosport, LCI, RTL9, ou Téva. Des chaînes sont lancées pour l’occasion, comme Festival et l’offre cinéma du bouquet, Cinestar et ses déclinaisons.

Le lancement est un succès mais inférieur au concurrent Canalsatellite qui bénéficie de davantage d’ancienneté, et d’une offre plus conséquente. TPS va donc s’organiser pour renforcer son offre et accueillir de nouvelles chaînes sous forme d’options. Ainsi 5 chaînes AB Sat rejoignent le bouquet en 1997 (AB1, XXL, Histoire, Chasse et Pêche, Action). D’autres chaînes sont créées par TPS, InfoSport en 1998, M6 Music, TV Breizh, TF6.

En 1999, TPS marque un gros coup médiatique en obtenant la diffusion partielle des droits de la Ligue 1. TPS bénéficie du 2e choix lors de chaque journée et des 6 matchs en paiement à la séance (7 à partir de 2002).

Deux ans plus tard, plusieurs actionnaires de TPS (France Télévisions, France Télécom, et la Lyonnaise des eaux). Il ne reste désormais que 2 actionnaires : le Groupe TF1 avec 66 % et le Groupe M6 avec 34 % du bouquet.

En septembre 2001, TPS lance TPS Star, LA chaîne premium de TPS, à l’exemple de Canal+ pour Canalsatellite. La chaîne regroupe le meilleur des droits audiovisuels de TPS sur le cinéma, les séries et le sport.

Au cours des années suivantes, TPS parvient à obtenir les droits exclusifs des studios Warner Bros (Harry Potter, Matrix, Looney Tunes, etc.)3, les droits du Championnat de France de basket-ball, de la Premier league anglaise, de la Bundesliga, et de la Boxe.
La bataille pour les droits sportifs reprendra du plus belle puisque Canal+ essayera une première fois d’obtenir l’exclusivité de la Ligue 1 en 2002 pour 480 M€. TPS portant l’affaire devant la justice, le bouquet obtient le statu quo jusqu’en 2005. Mais lors de l’appel d’offres de 2004, Canal+ arrache l’exclusivité contre la somme de 650 M€.

La disparition du football sur le bouquet TPS marque alors le début du déclin !

En 2005, TPS innove pourtant en lançant TPSL (La télé par ADSL) ainsi qu’une mini offre payante sur la TNT. Et oui qui se souvient encore que TPS STAR était sur la TNT ! Sans oublier la naissance de la chaîne 100% football, TPS FOOT !


TPS misa aussi sur des services interactifs de qualité, parmi lesquels l’incontournable Guide des Programmes, mais aussi la Météo, sans oublier le service de jeux Bandiagara

La fusion TPS / Canalsat !

Le lundi 12 décembre 2005, Vivendi, maison mère de Canal+ annonce qu’un accord est intervenu pour la fusion de Canalsat et TPS. Le nouvel ensemble réuni constituerait une nouvelle ère du satellite français. La fusion entre CanalSat et TPS est détenue par Vivendi Universal à 85 %, TF1 à 9,9 %, et M6 à 5,1 %, toutes réunies dans la nouvelle société Canal+ France. Canal+ France détient la fusion CanalSat et TPS.

Malgré les perspectives de fusion, la HD arrive sur TPS en 2006.

Le ministère de l’économie, des finances et de l’industrie donne son aval à la fusion CanalSat et TPS, définitivement approuvée en assemblée générale le 4 janvier 2007. En attendant la fusion, Canal+ le bouquet arrive sur TPS dès le 8 janvier 2007.
Le mercredi 21 mars 2007, le nouveau CanalSat naît à l’antenne, et la disparition progressive de TPS est enclenchée, dès 6h00 du matin, le même jour. A découvrir cette étonnante vidéo séminaire à l’occasion de la fusion, en parodie de Star Wars.

Le lundi 2 avril 2007, Le Nouveau CanalSat est lancé, après une première migration des chaînes, et regroupe TPS et CanalSat.
En parallèle et depuis le 21 mars 2007, la marque TPS n’est alors plus commercialisée.

La participation de TF1 dans TPS est vendue à Groupe Canal+ à 100 % en janvier 2008. Le bouquet TPS cesse définitivement d’émettre le 31 décembre 2008.

Néanmoins, une seule chaîne du groupe TPS survivra encore 4 ans, TPS Star, disponible sur la TNT payante. Cette chaîne s’arrête finalement le 4 avril 2012 sur Canalsat mais perdurera jusqu’au 31 décembre 2012 sur l’île de la Réunion, en raison d’accords de bouquets satellites locaux.

Si l’histoire aurait du s’arrêter là, notons cependant le coup de massue survenu le 20 septembre 2011, puisque l’Autorité de la concurrence émet alors la décision no 11-D-125 selon laquelle l’autorisation de fusion des 2 bouquets est annulée !

Les groupes Canal+ et Vivendi déclarent aussitôt vouloir « engager les recours qui s’imposent » au sujet de cette décision par recours devant le Conseil d’État. Toutefois, le 21 décembre 2012, le Conseil d’État rend publique sa décision qui confirme la décision de l’Autorité de la concurrence contre le recours. Le retrait de l’autorisation de fusion des deux bouquets satellites TPS et Canalsat est confirmé. De plus, l’amende prononcée en 2011 à l’encontre de Canal+ passe de 30 à 27 millions d’euros.

Une décision qui ne fit pas renaître TPS de ses cendres !

La disparition de TPS a permis à Canalsatellite, devenu Canalsat et désormais les Offres Canal d’imposer son hégémonie. Toutefois, le positionnement d’offres alternatives comme BIS Télévision, mais surtout FRANSAT, et l’ensemble des bouquets initiés par les opérateurs télécom ont permis de maintenir une certaine concurrence.

TPS a fait long feu, mais l’arrivée imminente mais discrète de SFR Satellite saura-t’elle réactiver la bataille sur les positions phares des opérateurs EUTELSAT et son concurrent SES ? Affaire à suivre.

Vos commentaires sur le forum.