L’avenir des chaînes publiques incertain

La TNT semble actuellement en plein bouleversement. Alors que NT1 et HD1 vont devenir TFX et TF1 Séries, que les chaînes LCP/AN et Public Sénat auront fusionné d’ici fin 2018, une autre proposition est à l’étude et celle là pourrait s’avérer plus radicale, puisque le Ministère de la Culture planche sur un dossier réformant en profondeur l’audiovisuel public, qui marquerait notamment la fin de France Ô et le renvoi de France 4 sur déclinaisons numériques uniquement hors TNT !

Dans le détail, le document du ministère envisage de fusionner France Télévisions, Radio France et les autres structures du secteur au sein d’une une holding commune, supprimer donc France Ô, la chaîne des outre-mers, affecter France 4 et la radio Le Mouv à une diffusion seulement numérique.

Les structures concernées rassembleraient 17 000 employés, dont 9 800 à France Télévisions, pour un budget public total de 3,8 milliards d’euros.

Est aussi suggéré le rapprochement des réseaux régionaux de France 3 et France Bleu, la fermeture des bureaux régionaux de France 2, et la refonte de l’offre régionale, ce qui peut sembler logique en raison de la réorganisation récente des régions françaises.

Enfin, le ministère souhaite retirer au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) la nomination des présidents, afin de le confier aux conseils d’administration des sociétés concernées, en révisant au passage la composition de ces derniers. Mais en principe, il s’agira également d’imaginer comment sera commandée la « holding » qui coiffera les entreprises d’audiovisuel public. Et de nommer potentiellement ce nouveau dirigeant.

Toutes ces réformes pourraient potentiellement être mises en œuvre en 2018 dans la loi qui transposera la directive européenne sur les services de médias audiovisuels, selon le document. D’ici là, il faudra que les pistes évoquées soient confrontées au travail du CAP 22, ainsi qu’à la réflexion interministérielle en cours.

Une refonte de l’audiovisuel public est donc plus que probable, mais peut-on vraiment considérer logique que France 1ère dans les Dom-Tom, France 2, France 3, France 4, France 5, France Ô, France Info, France 24, LCP/AN, Public Sénat, Arte, sans compter les participations minoritaires à Euronews, TV5 Monde, puissent indéfiniment perdurer, sans compter les radios publiques, l’INA et services annexes dépendant de l’État. Quels autres pays occidentaux disposent d’une telle offre de chaînes financées par la redevance et la publicité ? Une chaîne généraliste, complétée de déclinaisons régionales, et d’une chaîne du savoir semblerait largement suffire, même si l’on peut y adjoindre une chaîne d’informations. Reste à savoir ce que deviendraient les 2 fréquences laissées vacantes sur la TNT: appel à candidatures, réaffectation des fréquences à d’autres fins, ou rien jusqu’à une transition DVB-T2….ceci est une autre histoire !

Vos commentaires sur le forum