Netflix explose ses résultats

Netflix va bien, et va même beaucoup mieux qu’espéré ! Il n’y a pas si longtemps, Netflix souhaitait franchir le cap des 100 millions d’abonnés, depuis largement dépassé avec 117,6 millions de clients dans le monde. 2017 marque sa meilleure année en termes de recrutement de nouveaux clients. Les résultats de la firme de Los Gatos (Californie) pour le 4e trimestre, annoncés lundi soir après la clôture, pulvérisent les anticipations.

Le pionnier du streaming a recruté 8,33 millions d’abonnés de plus au cours des trois derniers mois de l’année 2017. C’est deux millions de plus que prévu. Même sur son marché d’origine, les États-Unis, la croissance est réelle et a permis 2 millions d’abonnés supplémentaires, ce qui représente un total de plus de 54 millions. Ce succès s’explique par la lassitude d’un nombre croissant d’Américains pour les bouquets des chaînes câblées et satellite dont les tarifs ne cessent de grimper. C’est aussi le résultat de l’offre de programmes de haute qualité, sans la moindre publicité, alors que les réseaux traditionnels continuent de produire des séries et émissions de télé-réalité nettement moins fédératrices.

À l’international, Netflix explose avec 6,36 millions d’abonnés supplémentaires en 3 mois. Netflix va par ailleurs augmenter son offre de séries en langues autres que l’anglais. 30 nouvelles sont attendues en 2018. Mais Netflix dégage des bénéfices modestes et consomme énormément de liquidités. Son chiffre d’affaires trimestriel grimpe ainsi d’un tiers pour atteindre 3,29 milliards de dollars, mais ses profits ne sont que de 185,5 millions de dollars. Pour autant, cela représente un triplement des bénéfices par rapport à l’exercice 2016.

Le cours de Netflix, sur le marché de gré à gré après la clôture du Nasdaq, a bondi de 9,8% lundi soir. Depuis le début de l’année, l’action a décollé de 19%. La capitalisation de Netflix atteint pratiquement 100 milliards de dollars, soit quatre fois celle de CBS, le réseau télévisé le plus regardé des États-Unis, et 25% de plus que celle de Time Warner, leader mondial de communication.

Des chiffres qui feraient palir d’envie certains groupes français en pleine turbulence.

Vos commentaires sur le forum