LCP, indépendance muselée ?

Plus les mois passent, plus la main mise sur l’audiovisuel public se dessine. Ainsi la décision de nommer Bertrand Delais à la tête de LCP, La chaîne parlementaire, sonne comme un refus d’indépendance des médias publics et de pluralisme. Bertrand Delais ne cache pas un profil clairement militant favorable à LREM, dont 2 documentaires sur Macron et un compte Twitter ouvertement favorable au Président.

Le président de l’Assemblée, François de Rugy, peut se cacher derrière une procédure : c’est bien un choix politique qui a été fait, celui d’une mise au pas. Ce n’est finalement pas aussi soudain qu’il y parait, puisque la promenade à l’Élysée du Président sur France 2,  et questions sirupeuses de Laurent Delahousse avaient déjà donné le ton. Vers un retour masqué du Ministère de l’Information ? Consciemment ou non, avec son combat contre les «fakes news», Emmanuel Macron s’en prend aux médias alternatifs en interdisant les contre-pouvoirs. Vu comme ça, n’est ce pas sans rappeler, un puissant homme d’état en phase de réélection ce jour ? La comparaison entre Vladimir Poutine et Emmanuel Macron peut sembler exagérée de prime abord, il n’empêche que réduire à néant ou au service minimum une concurrence politique et des voix dissonantes, mettre au pied les médias publics, puis privés furent les premières étapes d’un président jeune qui depuis n’a jamais lâchéles rênes du Kremlin (même si Dmitri Medvedev dirigea 4 ans la Russie, au terme des 2 premiers mandats de l’intéressé quand Poutine faisait semblant de n’être que premier ministre).

Mais revenons en France, où le président de la République semble vouloir limiter les espaces de contestation parmi lequels les médias. Service public audiovisuel méprisé et insulté, dont la prochaine réforme risque de faire mal, agonie du système de distribution de la presse. Prestalis, silence après la décision américaine de remettre en cause la neutralité du Net, menace relative au secret des sources dans le domaine économique, n’en jetez plus !

Parallèlement, la concentration des médias et la main mise des principales chaînes par 5 grands groupes privés ne peut qu’interpeller ! Précarisation des journalistes, information massive et gratuite sans débats, déni des lois anticoncentration dans la presse, qui permet aux industriels de parfaire leur influence et alimenter leurs affaires.

En dressant un constat fort et alarmant, d’une TNT encadrée, de puissants groupes privés en phase avec l’Élysée et de chaînes publiques à la solde de l’état, on peut comprendre pourquoi la récente naissance de RT représente un espace gênant, émetteur certes de Fake news contestables, mais espace insoumis aux directives du pouvoir français !

Vos commentaires sur le forum