Serge Surpin rejoint Mediactus !

Depuis quelques semaines déjà, certains échanges devenaient des évidences et comment ne pas admettre que les passions communes de Serge et votre serviteur allaient conduire vers une collaboration durable. C’est dans le cadre de cette interview que les décisions allaient voir le jour et je vous invite à découvrir cet échange récent.

– Bonjour Serge Surpin, c’est avec sincère plaisir que je retrouve un passionné « historique » de l’univers médias, mais vous vous étiez fait plus discret ces derniers temps. De fait, êtes-vous toujours pleinement impliqué dans cette bouillonnante thématique ?

Oh que oui ! Je n’ai jamais arrêté et ça empire même. Je fais de la radio. Je collabore aussi à La Lettre Pro de la radio. Sans oublier mon activité de photographe spécialisé médias.

– Quand je souligne votre passion pour les médias, peut-on revenir en quelques lignes sur les projets dont vous avez été à l’origine ou auxquels vous auriez collaboré ?

La passion est née dans mon berceau. Mes parents disaient que pour me calmer, rien de mieux qu’un poste de radio à coté de moi. J’ai appris la radio dans les années 80, à la libération des ondes. J’ai collaboré plusieurs radios dont Génération 2000 dirigée par des pros qui venaient de France Inter et Europe 1. En tant que commerçant spécialisé réception satellite (on reste dans le domaine), j’ai créé un 3615 et j’ai vu que ce qui fonctionnait le mieux, c’était l’information. De fil en aiguille, c’est devenu Satellifax que j’ai donc créé avec Joel Wirsztel. A un moment, j’ai revendu mes parts et j’ai créé un autre site, SatMag, qui m’a permis de rester dans le bain, site que j’ai un peu mis en veilleuse mais j’ai continué à être très présent sur Facebook et Twitter.

3 – Satellifax dispose depuis plusieurs années déjà d’une reconnaissance des professionnels du secteur, conjugué à un modèle économique pertinent, en tirez-vous une certaine fierté, même si vous avez revendu le concept originel, ou quelques regrets ?
Oh oui, de gros regrets mais c’est la vie, il fallait faire des choix et j’ai essayé de sauver mes magasins ! On l’a créé à deux avec Joel Wirsztel et il a continué. Je suis très heureux de voir ce qu’il en a fait. Du très bon travail. Du temps du minitel, il était facile de monnayer notre travail, 2 francs 19 la minute. Avec internet, tout cela est tombé et faire payer l’information est très difficile.

4 – Le cas Satmag divise un peu plus. Ce site informatif qui s’avérait particulièrement vivant et au fait de l’actualité médias et technologies associées, a progressivement décliné, jusqu’à disparaitre récemment! Que s’est-il passé ?
Difficile de faire de la radio, se lever à 6h du matin et s’occuper aussi du site internet. Nous étions en équipe au départ mais une grande partie est partie pour différentes raison et il est alors difficile de tenir tout cela tout seul.

5 – L’abbréviation « Sat » commune à Satellifax et Satmag montrait évidemment le vif intérêt que vous portiez à la réception audiovisuelle par satellite. Cette technologie vous séduit-elle encore ou semble-t’elle plus symboliser le passé révolu d’une réception alternative au hertzien ?
Quelle époque ! Le satellite était la réception d’images à un moment où le câble balbutiait. On voyait des programmes du monde entier, même « les feeds », les transmissions professionnelles qui n’étaient pas cryptées à l’époque. Je me rappelle la première fois que j’ai reçu CNN sur un satellite Intersat situé à 27 degrés ouest, et oui, je m’en rappelle 25 ans plus tard. Le satellite, c’était moderne. Aujourd’hui, avec l’ADSL ou le câble, plus de 70% de la population reçoit presque gratuitement des centaines de chaines. Le satellite est désormais plus réservé aux zones blanches où la TNT ou l’ADSL rapide ne passe pas. Je vais vous avouer que depuis que j’ai fermé mes magasins, j’ai un peu de mal à m’intéresser au sujet. Il y a des cicatrices qui font encore mal.

6 – Mais revenons au présent, vous m’avez indiqué intervenir dans plusieurs radios et y proposer des émissions médias. Peut-on en savoir un peu plus ?
J’ai été réalisateur pendant plusieurs années à IDFM Radio Enghien et RCJ, un travail que j’ai adoré. Je continue avec une chronique quotidienne sur Radio Shalom depuis plus de deux ans, une émission sur les médias à RGB, une radio locale à Cergy Pontoise et une autre, toujours sur les médias à Airshow une webradio très dynamique. Je suis bénévole à la radio de l’Hopital Amboise Paré de Boulogne.

 7 – L’écrit, la radio sont autant de modes d’expression complémentaires. Ces multiples casquettes ne vous font-elles pas regretter de disposer à nouveau d’un espace permettant la convergence de vos contenus au sein d’un média indépendant ?
Et oui, évidemment. Ma présence sur Facebook ou Twitter a permis de combler une partie de ce vide mais les règles qui changent sur ces réseaux font qu’il n’est pas facile de trouver une place pérenne sur ces médias

8 – Vos récentes interventions sur Mediactus, au sein du forum, auront permis de tisser une relation naissante, pourquoi ne pas envisager une collaboration durable au sein du site et relancer par étapes le défunt Satmag par le biais d’une rubrique évolutive ? Mediactus vous ouvre ses pages avec plaisir !
C’est avec grand plaisir que je le ferais

9 – Quels contenus pourraient rapidement intégrer cette nouvelle rubrique ? Articles, Podcasts, vidéos ? Dites nous en plus.
Articles avec, entre autres, la reprise de mes chroniques qui seront disponibles aussi en podcast. Vidéo, pourquoi pas. Tout est à (re)faire.

10 – Une expression indépendante conjuguée à un projet collectif peuvent-ils aisément correspondre à votre attente ?J’aime bien travailler dans une équipe qui veut avancer et qui a des exigences.

Serge, je vous remercie de cette entrevue et vous dis donc à très vite dans Mediactus. C’est avec réelle fierté que nous aurons plaisir à vous accueillir au sein de l’équipe, en charge du développement d’un site multi thématiques prévu à très court terme. Mais rendez-vous dès lundi 11 juin pour les premiers articles de Serge Surpin au sein de Mediactus.

Vos commentaires sur le forum