Les 3 scénarios du CSA pour l’audiovisuel

Après trois premières publications consacrées aux conséquences de la révolution numérique sous les angles technologique puis juridique ainsi que sur le financement des programmes, le CSA lab a présenté hier son étude prospective «Avenir de l’audiovisuel construire le meilleur». En 49 pages, l’étude imagine l’avenir de l’audiovisuel à horizon 2030, grâce à une quarantaine de contributeurs aux compétences variées qui ont été sollicités pendant un an.
3 scénarios ont été envisagés :
– celui de la continuité, celui d’une simple projection de l’état présent dans un nouvel environnement techno-social ;
– le scénario de fracture, inégalités numériques et de perte d’identité de l’audiovisuel ;
– enfin le scénario de symbiose, celui de l’insertion réussie du secteur audiovisuel dans l’univers numérique.

Le CSA lab propose des pistes pour atteindre le scénario idéal de la symbiose et identifie deux conditions essentielles à remplir pour non seulement éviter le scénario de fracture mais aussi aller au-delà du scénario de continuité et parvenir au scénario de symbiose à horizon 2030 : l’offre audiovisuelle doit être riche et accessible à tous et les acteurs (ayants droit, éditeurs, distributeurs, opérateurs et plateformes) doivent évoluer dans un environnement économique sain et vertueux. Pour permettre la réalisation de ces deux conditions essentielles et tendre vers le scénario de symbiose en 2030, des leviers doivent être activés suffisamment en amont pour que les effets attendus puissent être effectifs à l’horizon 2030.

Ces leviers proposés sont regroupés autour de 5 objectifs :
– Trois portent sur l’offre de contenus audiovisuels, qui doit être de qualité, diversifiée et pluraliste (objectif 1), accessible sur tout le territoire et tous les supports (objectif 2) et bénéficier des avancées technologiques au service des consommateurs (objectif 3). – Deux concernent les relations économiques, entre les acteurs. L’offre doit créer de la valeur grâce à son attractivité auprès des annonceurs et des consommateurs (objectif 4). Cette valeur doit être répartie équitablement entre les différents acteurs du paysage audiovisuel (objectif 5).

La poursuite de ces cinq grands objectifs dessine une trajectoire à horizon 2030 qui doit permettre d’atteindre le futur désirable du scénario de symbiose. Pour y parvenir, cette trajectoire doit être amorcée dès aujourd’hui. Le CSA lab s’inscrit dans cette dynamique en mettant en évidence plusieurs leviers d’actions. Par ce rapport, le CSA lab espère alimenter utilement les débats en cours sur les leviers d’action des politiques publiques, qui touchent aux objectifs à la fois économiques et sociétaux de la régulation audiovisuelle, qui demeurent pertinents aujourd’hui et le resteront demain. Un rapport à consulter ici

Vos commentaires sur le forum