Zoom France 24

 

  • Visiter le Versailles de la grande époque: le pari du Met à New York
    Posté par FRANCE24 le avril 20, 2018 à 11:20

    Apparat, cérémonial, prestige, durant cent ans, Versailles a été au centre de l'Europe, voire du monde, une période que tente de faire revivre la nouvelle exposition du Metropolitan Museum de New York.Au départ, ce devait être un livre, construit sur les nombreux récits des "Visiteurs de Versailles", diplomates, gentilshommes, artistes et écrivains venus du monde entier à Versailles entre 1682, date de l'installation de la cour de France, à 1789 et au retour forcé à Paris.Mais Daniëlle Kisluk-Grosheide, chargée des sculptures et arts décoratifs européens au Met, et Bertrand Rondot, conservateur en chef au musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, l'ont également décliné en exposition, visible jusqu'au 29 juillet.Rendre la grandeur de Versailles hors les murs était un défi, que le Met relève avec des oeuvres de 53 origines différentes et en puisant dans sa propre collection.Le musée new-yorkais propose une scénographie rappelant la succession des pièces et galeries de Versailles, les nervures du marbre, et joue sur l'audioguide, qui permet d'écouter certains récits de visites à la cour.L'ouverture de Versailles et des palais royaux sur l'extérieur était "une tradition française", explique Daniëlle Kisluk-Grosheide, afin que "les sujets aient accès à leur roi".Louis XIV souhaitait également montrer au monde ce qu'était devenu le modeste relais de chasse de son père. "C'était un calcul très politique", analyse la conservatrice."Ils aimaient particulièrement recevoir des étrangers", dit-elle, "parce qu'ils allaient écrire (sur leur visite), comme aujourd'hui on tweete ou on poste sur Instagram".Tout, du mobilier aux tapis, en passant par le marbre omniprésent, la vaisselle en porcelaine, dont sont exposés des exemplaires, sans oublier les jardins, était de nature à impressionner les visiteurs.Les récits évoquent également le protocole rigide qui présidait aux activités de la cour.Un visiteur raconte une visite d'ambassadeurs qui devaient faire trois révérences avant d'approcher le roi, puis devaient se retirer en reculant, face à lui, même lorsque le souverain ne les voyait plus.Les écrits des visiteurs évoluent avec la montée de la philosophie des Lumières, explique Daniëlle Kisluk-Grosheide. A l'émerveillement inconditionnel succède la réserve, qui questionne "toute cette extravagance pour un seul homme", dit-elle.Plus de deux siècles après le déménagement de la cour aux Tuileries, Versailles continue de fasciner, notamment aux Etats-Unis.Pour la curatrice, les Américains s'intéressent à la royauté, qu'ils n'ont pas connue, mais aussi à l'art français, et ont un lien privilégié avec la France remontant au soutien lors de la guerre d'indépendance.Aujourd'hui encore, dit-elle, Versailles "est un endroit pour rêver". […]

  • La Corée du Nord va fermer son site d'essais nucléaires et cesser ses tirs de missiles
    Posté par FRANCE 24 le avril 20, 2018 à 11:06

    La Corée du Nord a annoncé samedi qu'elle allait fermer son site d'essais nucléaires et cesser ses tirs de missiles, gage de sa bonne volonté en vue des pourparlers avec le Sud et les États-Unis. […]

  • Macron va offrir à Trump un jeune chêne pour la Maison Blanche
    Posté par FRANCE24 le avril 20, 2018 à 9:20

    Le président français Emmanuel Macron va offrir à son homologue américain Donald Trump un jeune plant de chêne symbolisant la force des relations entre les deux pays, a rapporté vendredi Fox News.Il s'agit d'une "bouture d'un chêne du Nord de la France qui, espère-t-il, sera planté sur le terrain de la Maison Blanche pour symboliser la ténacité de cette amitié", a déclaré le journaliste Chris Wallace, qui a interviewé M. Macron à l'Elysée.Dans cette interview que diffusera dimanche Fox News Sunday, Emmanuel Macron confie "ne jamais se demander" si le président Trump achèvera son mandat, selon un extrait dévoilé à l'avance."Je travaille avec lui car nous sommes tous les deux au service de nos pays", justifie, en anglais, le chef de l'Etat français.M. Macron refuse par ailleurs de commenter certaines controverses entourant M. Trump, notamment l'enquête sur l'ingérence russe dans l'élection de 2016 qui pèse sur la présidence du milliardaire."Ce n'est pas à moi de juger ou, d'une certaine façon, d'expliquer à votre peuple ce que devrait être votre président", affirme M. Macron.Emmanuel Macron effectue à partir de lundi une visite d'Etat de trois jours aux Etats-Unis, au cours de laquelle il sera reçu en grande pompe par M. Trump et il fera une allocution devant le Congrès. […]

  • GP des Amériques: Iannone surprend Marquez aux essais libres en MotoGP
    Posté par FRANCE24 le avril 20, 2018 à 9:01

    L'Italien Andrea Iannone (Suzuki) a devancé le grand favori, l'Espagnol Marc Marquez (Honda), lors des deux premières séances d'essais libres du Grand Prix des Amériques, catégorie MotoGP, vendredi à Austin (Texas).Iannone a bouclé son meilleur tour du Circuit des Amériques (5,5 km) en 2 min 04 sec 599/1000e en toute fin de la deuxième séance d'essais.Il a réalisé un petit exploit: il s'agit seulement de la 6e fois en 22 séances d'essais libres que Marquez, invaincu à Austin depuis 2013, n'a pas le meilleur chrono.Marquez, meilleur temps de la première séance (2:05.530), a terminé la journée avec le deuxième chrono, à 56/1000e de Iannone.Le double champion du monde en titre est parti à la faute à quinze minutes de la fin de la deuxième séance d'essais, mais s'est rapidement relevé et a pu améliorer son tour de référence en fin de séance.L'Espagnol Maverick Vinales (Yamaha) a terminé à la 3e place sur la feuille de temps, à 264/1000e du meilleur chrono, juste devant son coéquipier, l'Italien Valentino Rossi.L'explication entre Marquez et Rossi en course dimanche est très attendue après le Grand Prix d'Argentine début mars où l'Espagnol a envoyé au tapis le nonuple champion du monde qui, depuis, ne ménage pas ses critiques.Leader du Championnat du monde après les deux premières manches de la saison, le Britannique Cal Crutchlow (LCR Honda) est encore dans le coup, à la 5e place, à 489/1000e d'Iannone.En revanche, le Français Johann Zarco (Yamaha Tech3), très en vue depuis le coup d'envoi de la saison, a dû se contenter du 13e temps, à 1 sec 334/1000e du meilleur chrono.Classement combiné des deux premières séances d'essais libres, catégorie MotoGP:1. Andrea Iannone (ITA/Suzuki) 2:04.5992. Marc Marquez (ESP/Honda) à 0.0563. Maverick Vinales (ESP/Yamaha) à 0.2644. Valentino Rossi (ITA/Yamaha) à 0.3595. Cal Crutchlow (GBR/LCR Honda) à 0.4896. Alex Rins (ESP/Suzuki) à 0.8537. Jorge Lorenzo (ESP/Ducati) à 0.8888. Andrea Dovizioso (ITA/Ducati) à 1.0489. Aleix Espargaro (ESP/Aprilia) à 1.14010. Dani Pedrosa (ESP/Honda) à 1.162... 13. Johann Zarco (FRA/Yamaha Tech3) à 1.334NDLR: 24 pilotes classés. Record du circuit: 2:02.135 (Marc Marquez en 2015), record du tour en course: 2:03.575 (Marc Marquez en 2014). […]

  • Fusillades: nouvelle mobilisation lycéenne au 19e anniversaire du massacre de Columbine
    Posté par FRANCE24 le avril 20, 2018 à 9:00

    Des milliers de lycéens ont manifesté vendredi à travers les Etats-Unis pour marquer le 19e anniversaire de la fusillade de Columbine et relancer la mobilisation contre les armes à feu née de la tuerie de Parkland en février dernier.Plus de 2.500 manifestations étaient prévues à travers le pays, 19 ans exactement après la fusillade du lycée Columbine à Littleton, dans le Colorado, où deux lycéens avaient tué 12 élèves et un professeur avant de se donner la mort.Les manifestations ont coïncidé avec un nouvel incident: un lycéen de 17 ans du lycée Forest à Ocala, dans le centre de la Floride, a été blessé vendredi à la jambe par un ex-élève de 19 ans, selon la police locale. Le tireur a été interpellé et placé en détention.A Washington, plusieurs centaines de lycéens se sont rassemblés près de la Maison Blanche, venus de la capitale fédérale et de sa région. A 10H00 (14H00 GMT), les étudiants ont respecté treize minutes de silence alors que les noms des victimes étaient égrainés au haut-parleur.La tragédie de Columbine "est terrible", a affirmé Emma Corcoran, lycéenne de 15 ans venue de Bethesda, estimant que "les choses ont empiré ces dernières années" alors que "les gens ne protestaient pas"."Cela doit changer (...) Chaque enfant espère un changement et même si nous ne pouvons pas voter, nous voulons aider".A New York, quelques milliers de collégiens et lycéens venus d'une vingtaine d'écoles se sont retrouvés à Washington Square Park, aux cris de "Block the NRA" et autres slogans hostiles au puissant lobby des armes américain, opposé aux restrictions sur les armes à feu réclamés par les lycéens. A l'appel des organisateurs lycéens, beaucoup ont commencé par s'allonger par terre, faisant les morts pour dénoncer les victimes des fusillades."Depuis que je suis petite, j'entends parler de ces histoires (de fusillades) mais ça avait toujours semblé assez distant. Cette année, pour la première fois, cela semble très proche et entendre d'autres élèves en parler publiquement a été vraiment une source d'inspiration", a expliqué Yana Gitelman. - "Faire entendre nos voix" - Cet anniversaire est venu redynamiser le mouvement lycéen contre la prolifération des armes né de la tuerie d'un lycée de Parkland, en Floride, qui a fait 17 morts dont une majorité d'adolescents. Lancé par plusieurs élèves rescapés de la tuerie, le mouvement réclame des restrictions sur les armes à feu aux élus et appelle à voter contre ceux qui les refusent. "Nous devons sortir et faire entendre nos voix", a déclaré vendredi David Hogg, un des élèves de Parkland devenu un leader du mouvement. "C'est ce que font les étudiants qui manifestent, ou ceux qui restent à l'école en rendant service. Tant que vous faites quelque chose et que vous votez, c'est ça qui compte". Depuis, les étudiants ont organisé trois grandes mobilisations nationales. Plus de 1,5 million de personnes ont ainsi participé le 24 mars à des centaines de rassemblements, dénonçant notamment l'attitude de l'administration Trump. Cette manifestation avait reçu le soutien appuyé de plusieurs célébrités, dont George et Amal Clooney. Vendredi, une nouvelle initiative a été annoncée réunissant des acteurs comme Alec Baldwin, Ashley Judd, Alyssa Milano ou la fondatrice du mouvement #MeToo Tarana Burke, qui ont tous signé une lettre ouverte en forme de menace au président de la NRA. "C'est fini le temps où vous pouviez signer des chèques avec notre sang" dit la lettre. "On va s'occuper de votre argent. On va s'occuper de vos marionnettes. ET nous allons gagner". Les fusillades sont devenues un fléau national, et beaucoup de lycéens disent ne plus se sentir en sécurité à l'école. Après Columbine, les plus graves ont été la fusillade de Virginia Tech à Blacksburg (32 morts en 2007), et celle de l'école primaire Sandy Hook à Newton (Connecticut) en 2012, où un jeune a tué 26 personnes dont 20 enfants, avant de se suicider. […]