Droits du sport 2017, ça va flamber

2017 est une année majeure pour l’attribution de 2 droits sportifs parmi les plus fédérateurs d’audience, à savoir la Formule 1 et la Champion’s League. Seront sur les rangs SFR, BeIN Sports et Canal+. Cette année seront donc remis en jeu les droits télé de la Formule 1 et de la Ligue des Champions (2018-2021), avant la Ligue 1 et le Top 14, à moyen terme.

sfr

SFR veut le championnat de F1, détenu depuis 2013 par Canal+ et Patrick Drahi, propriétaire de SFR, a entamé depuis plusieurs semaines des discussions avec les ayants droit de la compétition. La conquête de la F1 permettrait notamment au groupe d’affaiblir un peu plus Canal+.

canal+

Mais Canal+ à l’évidence ne l’entendra pas ainsi. Pourtant tout semble indiquer que le coût estimé à près de 50 millions d’euros par an rapporte finalement peu d’abonnés à la chaîne. Mais Canal+ en insistant sur son attachement à la compétition automobile peut par ce biais entreprendre un poker menteur aux seules fins de faire monter l’enchère de SFR, tout en étant déjà secrètement prêt à les céder. A plus long terme, Canal+ mise sans doute sur un épuisement financier de SFR, à l’exemple  de la perte de la Premier League qui aurait privé la chaîne cryptée d’une centaine de milliers d’abonnés, mais coûterait près de 110 millions d’euros par an au groupe de Patrick Drahi.

Pourtant SFR pourrait imiter rapidement British Telecom qui va payer 1,4 milliard d’euros pour s’adjuger les droits de la Ligue des Champions jusqu’en 2021. SFR mise sur la convergence des tuyaux et des contenus et le groupe ne cherche pas à gagner de l’argent sur ses activités de télévision à court terme, mais utiliser les contenus premium acquis (sportifs certes, mais cinéma et séries à court terme également) comme produit d’appel pour convaincre de nouveaux clients d’adopter son réseau câblé et ses abonnements à internet et au téléphone.

BeIN Sports

Mais que va donc faire BeIN Sports ? Pour beaucoup l’approche relative aux droits demeure incertaine. Ce que les analystes oublient ou pire occultent volontairement c’est que l’offre BeIN Sports fut volontairement affaiblie, par l’intervention directe du chef de l’état auprès de l’émir de Qatar, lui demandant alors de ne pas trop porter atteinte à Canal+, chaîne qui récupéra alors les 3 meilleurs matches de Ligue 1 pour 4 saisons, mais nettement moins pour la Champion’s League que BeIN Sports détient en quasi totalité.

L’approche économique consiste à dire que pour que BeIN Sports atteigne l’équilibre financier il lui faudrait alors 5,5 millions d’abonnés et que le groupe puisse également réduire ses pertes colossales de près d’un milliard d’euros. Mais n’enterrons pas trop vite BeIN Sports, qui pourrait aussi pratiquer la fuite en avant dans la volonté d’un rachat total des droits à venir. En effet le groupe qui détiendrait notamment TOUTE la Ligue 1 (en direct), TOUTE la Champion’s League et l’UEFA Cup peut aisément rêver d’exploser ses statistiques d’abonnement. Rappelons d’ailleurs qu’avec une offre Ligue 1 affaiblie par exemple, BeIN Sports a dépassé la barre des 3 millions d’abonnés.

Mais à l’évidence, les droits étant souvent découpés par lots, quelle fédération aurait intérêt à privilégier un diffuseur unique, quand la montée des enchères est la seule chose qui justifie réellement la bataille des opérateurs. Au fait, alors que tous les médias l’oublie, et si Mediawan se mêlait à la bataille ?

MEDIAWAN

Vos commentaires sur le forum