Fronde des annonceurs sur Youtube

C’est un sujet qui en cette phase électorale passerait presque inaperçu, mais dont les conséquences sur l’économie du Web pourrait avoir des répercussions rapides et durables. En effet, ce sont désormais plus de 200 sociétés qui ont décidé de retirer leurs campagnes de TouTube dont Google est propriétaire

Par delà l’argumentation officielle et justifiée, à savoir la diffusion d’annonces sur des clips contenant des messages homophobes, antisémites ou faisant l’apologie du terrorisme, particulièrement néfaste à l’image véhiculée par les annonceurs (parmi lesquels AT&T, Verizon, Ford ou encore Johnson & Johnson), c’est aussi un moyen de mettre la pression sur Google en vue de mieux comprendre les algorithmes et mécanismes de gestion des campagnes par Google.

Le mouvement a donc débuté le 17 mars après la publication du Times et s’étend puisque plus de 200 sociétés ont décidé de suspendre leurs campagnes sur YouTube mais également  sur le réseau d’environ deux millions de sites tiers dont la publicité est gérée par Google.

Google a donc annoncé une série de mesures pour limiter ce problème, en renforçant les options de contrôle proposées aux marques, et en recrutant davantage et en investissant dans ses outils d’intelligence artificielle, qui permettent d’identifier les contenus à problème mais reconnait entre les lignes qu’il lui est impossible de garantir qu’aucune publicité ne soit affichée à côté de vidéos à contenus prohibés.

Faut-il donc y voir une réelle recherche d’éthique de la part d’annonceurs vigilants, une volonté de clarification des mécanismes exploités par Google uniquement à des fins économiques, ou la nécessité d’imposer des mécanismes accrus de contrôle faisant du Web et son acteur principal, une sorte de Big Brother à la solde des grands groupes ?

Vos commentaires sur le forum