ALTICE va revendre ses droits sportifs

L’article du Blog Ecosport du Monde est fracassant pour Altice et démontre bien à quel point le groupe est vraiment mal, et surtout combien la stratégie ambitieuse de « tout acquisition » prônée par Patrick Drahi s’avère désastreuse, ce qui rappellera les ambitions similaires de Jean-Marie Messier au début des années 2000, mais ce dernier avait au moins la qualité d’un précurseur et se confrontait à des technicités encore inadaptées à un groupe surpuissant « Vivendi Universal ». Mais revenons à 2017, pour se souvenir de l’annonce d’Altice alors en plein naufrage boursier, (dont on ne peut d’ailleurs pas vraiment dire que cela ait cessé), qui précisait alors ralentir sa politique d’achats de droits et contenus.  La LFP qui voyait, tout comme Mediactus, Altice faire exploser les enchères de la Ligue 1, faisait marche arrière sur le sujet.

Mais c’est désormais bien plus grave, puisque Altice vient officiellement d’annoncer qu’il allait vendre les droits de diffusion précédemment acquis, par le biais d’une entité spécialement conçue à cet effet, «Altice Pay TV», pour regrouper tous les droits audiovisuels sportifs déjà acquis (en particulier ceux de la Ligue des Champions, de l’Europa League  et de la Premier League)… dans le but de les revendre à d’autres diffuseurs. La stratégie des contenus à haute valeur, générateurs d’abonnement est donc plus que plombée, elle va simplement cesser chez Altice ! Par contre à ce stade, on ignore encore si la revente des droits permettra une double diffusion sur SFR Sport et les acheteurs potentiels, ou si Altice entend faire cesser ses chaînes de sport prochainement. Cela ne semble pas à l’ordre du jour !

Canal+ et beIN Sports vont donc pouvoir se frotter les mains et se porter acquéreurs de droits, dont ils furent exclus par l’UEFA.  au bénéfice d’Altice. La bataille promet d’être chaude, mais on peut penser, vu la désastreuse relation entre Altice et Vivendi que beIN Sports aurait alors quelques privilèges. Une proposition comme celle faite en Italie pour le Calcio pourrait faire réfléchir Altice, qui ne dispose toutefois des droits que pour 4 ans.

Pour la Ligue 1, rassurons-nous il y a encore Canal+ et beIN Sports comme acquéreurs potentiels, ajoutons à cela quelques petits nouveaux probables, comme Amazon par exemple, qui pourrait fort bien participer à l’appel d’offres.

Altice est en train de vivre une transition très instable, par la scission de ses activités américaines et européennes, la fonte de sa valeur et décôte de ses actions, la renonciation à la convergence « opérateurs diffuseurs et acquéreurs de contenus ». Il y a fort à parier que si les droits de la Ligue 1 concernait la période 2018-2022, Altice aurait alors contribué à cette politique d’acquisitions, car finalement c’était juste patienter quelques mois. Mais faire une offre très élevée dans un appel d’offres seulement valide à compter d’août 2021 semble trop lointain pour la direction qui jette donc l’éponge à ce niveau.

La Ligue 1 par la naissance d’un très grand club, le Paris Saint Germain, s’est indirectement sabordée, et le spectre de la rapide naissance d’une super ligue européenne est récemment réapparue, et s’avère plus que jamais réaliste, ce qui retirerait aux Ligues concernées l’attractivité qui leur permet de s’exporter donc de se commercialiser.

La LFP va donc arriver à un tournant, où il lui faudra vendre au mieux les droits de la Ligue 1, sachant que 2 cas de figure vont se poser rapidement, à savoir le maintien du PSG en Ligue 1, ou son retrait au profit d’une nouvelle Super Ligue Européenne, externe à l’UEFA. On comprend donc mieux pourquoi le club ne craint pas le fair play financier, et pourquoi l’UEFA n’engage pas de procédure à l’encontre du club, selon dépenses effectuées l’été passé.

Par delà Altice et son modèle économique en voie d’achèvement, ce sont aussi la LFP et l’UEFA qui peuvent nourrir des regrets et de légitimes inquiétudes sur l’avenir de leurs compétitions respectives.

Vos commentaires sur le forum