Une erreur à 450 millions d’euros

Chez Altice, ou SFR dans le cas présent, il suffit de quelques mois, pour que la vérité économique devienne rapidement un choix erroné ! Alain Weill s’est ainsi fait l’écho dans un long article publié dans le Journal du Dimanche de l’analyse de la stratégie des exclusivités qu’avaient précédemment adopté Michel Combes et qui avait donné naissance aux chaînes SFR Sport: Premiere League, Basket, Champions League, UEFA Cup…..

SFR Sport et sa maison mère, ­Altice opèrent donc un virage à 180 degrés sur le marché des droits sportifs et en particulier sur ceux du football. Les dirigeants d’Altice et de SFR ont déboursé, entre 2015 et 2017, autour de 450 millions d’euros pour l’attribution des droits télé cumulés de trois compétitions : la Premier League, la Ligue Europa et celle des champions. Mais le constat est terrible: la stratégie d’exclusivité mise en place par l’ancien PDG de SFR, Michel Combes, limogé le 10 novembre dernier, n’aura permis que de recruter par son offre OTT qu’une petite trentaine de milliers d’abonnés. Ce chiffre ne tient évidemment pas compte des abonnés adsl, câble et fibre de l’opérateur.

Alain Weill, le nouveau PDG de SFR et fondateur de NextRadioTV (BFMTV, RMC…), juge désormais cette stratégie d’exclusivité suicidaire. Mais à la vérité, tout ne découle pas des décisions de Michel Combes car il convient de rappeler que dès le début SFR souhaitait mettre à disposition ses chaînes sportives auprès d’autres opérateurs, qui déclinèrent tous la reprise des chaînes concernées pour de sombres raisons économiques.

SFR Sport n’a donc plus vocation à être exclusif et cette  notion d’exclusivité doit d’ailleurs être remise en cause par le Conseil de la concurrence qui devrait imposer prochainement à l’ensemble des opérateurs l’obligation de distribuer une part de leurs droits sur d’autres ­plateformes que les leurs.

Patrick Drahi et Alain Weill ont donc entamé par Altice Pay TV des discussions avec Canal+, Orange ou encore Free. Même le géant Amazon aurait été approché.

Parallèlement, on apprend que SFR va maintenir sa politique d’acquisitions sur le marché des droits sportifs, comme un signe destiné à la LFP, Altice ayant conscience que l’acquisition de la Ligue 1 rendrait les chaînes SFR Sport alors incontournables pour les autres opérateurs.

Vos commentaires sur le forum