Dailymotion s’enfonce depuis le rachat par Vivendi

Mi-2015, Dailymotion était racheté par Vivendi pour 265 millions d’euros. Depuis, les résultats du site de vidéos sont en chute libre. En 2 ans, le chiffre d’affaires a reculé de 39%, pour tomber à 43 millions d’euros en 2017, selon ses comptes sociaux. Parallèlement, les pertes nettes ont triplé, pour atteindre -75 millions d’euros en 2017, toujours selon les comptes sociaux.

Cette explosion des pertes est d’autant plus surprenante que le patron de Vincent Bolloré a envoyé chez Dailymotion son coupeur de coûts Michel Sibony avec pour mission de réduire les pertes… Jusqu’en 2015, le chiffre d’affaires avait crû de manière continue, et les pertes ne dépassaient pas la dizaine de millions d’euros.

Cette baisse du chiffre d’affaires résulte d’une chute de l’audience. Il y a trois ans, le site revendiquait 148 millions de visiteurs uniques, en incluant ceux utilisant le lecteur Dailymotion sur des sites tiers. En décembre 2017, c’était moitié moins: 77 millions de visiteurs uniques, selon le même institut. Mais, à en croire le porte-parole, cette chute d’audience est délibérée: elle « s’explique par le nettoyage de la plateforme: suppression des contenus explicites (violents ou adultes) et une politique zéro tolérance pour le trafic non-humain (robots), qui est tombé à moins de 5% en 2016 ». Une explication contestée en interne, où l’on assure que le nettoyage avait été fait avant.

Dailymotion a bien tenté de lancer une nouvelle formule en juillet 2017. « Depuis la consommation de vidéos premium a augmenté de 50%, et le nombre de vidéos vues par session a progressé de 20% », assure fièrement Vivendi. Mais globalement, cette nouvelle formule n’a pas réussi à enrayer la baisse de l’audience, qui a encore reculé de 4% depuis juillet, selon Comscore.

Hasard ou coïncidence, le management du site web vient d’être remanié. Virginie Courtieu, directrice des contenus et du marketing, arrivée il y a à peine un an et demi, vient de partir. C’était un des trois membres du board du site, aux côtés du PDG Maxime Saada et du directeur technique Guillaume Clément (arrivé il y a 5 ans).

Rappelons qu’après le rachat par Vivendi, l’ancienne équipe dirigeante a été décimée. Les deux directeurs généraux délégués, Martin Rogard et Giuseppe de Martino, le directeur technique et co-fondateur Olivier Poitrey, et le directeur commercial Damien Pigasse sont partis. Au total, cinq des six anciens membres du comité exécutif ont quitté l’entreprise, le seul qui reste étant Guillaume Clément. Toutefois, un porte-parole souligne que Bichoi Bastha, arrivé chez Dailymotion en 2009, a été promu au comité exécutif.

Dailymotion peine aussi à faire jouer les synergies avec les autres sociétés du groupe Vivendi, comme la major Universal Music. Certes, la nouvelle version du site comprend notamment un accord avec Universal. En théorie, la nouvelle version comprend pour la première fois l’intégralité du contenu Universal Music disponible en France, c’est-à-dire plus de 30.000 clips, soit exactement la même offre que YouTube en France. En réalité, l’offre de Dailymotion reste plus pauvre que celle de YouTube. Par exemple, le français propose seulement 37 chansons de Katy Perry, contre 121 sur sa chaîne officielle YouTube. Il y a six mois, un porte-parole assurait que cet écart allait être rattrapé quand Dailymotion accéderait aux contenus américains d’Universal, ce qui était en cours, mais la situation n’a pas changé !